L'Ecole de Soi - Cabinet Sosphren
Sophrologue à Ruffec

L’intensité de la réaction au stress variera s’il s’agit d’un stress virtuel (évocation d’une situation stressante que l’on n’a jamais expérimentée) ou d’un stress déjà vécu. Il est souvent plus facile de lutter contre une situation stressante déjà vécue, vu que l’on connaît, au moins en partie, le mode de réaction approprié. En revanche, l’évocation d’une situation hypothétique fait parfois naître des manifestations émotionnelles disproportionnées, car on a du mal à imaginer la réponse adéquate.

 

Mais, même si la source de stress diffère pour chaque individu, les chercheurs ont établi qu’il y a, pour chaque situation stressante et pour tout le monde, un ensemble d’éléments communs qui

provoque la sécrétion des hormones de stress :

 

  • la perte de tout contrôle : vous n’avez aucun contrôle ou un contrôle faible sur la situation (exemples : vous avez un rendez-vous important et êtes pris dans un embouteillage ou vous apprenez qu’un proche est atteint d’une maladie grave) ;
     
  • l’événement vécu est inattendu ou vous êtes dans l’incapacité de prévoir comment une situation à venir va se dérouler (exemple : vous avez un voyage d’affaires prévu la semaine prochaine et apprenez qu’une grève de la compagnie aérienne est envisagée sans que la date en soit déjà déterminée) ;
     
  • vous êtes face à quelque chose de totalement nouveau (exemple : tout le système informatique de votre entreprise, dans laquelle vous travaillez depuis vingt ans, est changé et vous allez devoir utiliser des logiciels que vous ne maîtrisez absolument pas) ;
     
  • votre ego, c’est-à-dire la représentation et la conscience que vous avez de vous-même, est menacé : vous doutez de vos compétences et capacités ou celles-ci sont remises en question par votre entourage (exemple : votre patron vous pose des questions précises et insistantes sur la façon dont vous avez traité un dossier, comme s’il ne croyait pas en l’efficacité de votre méthode).

 

Si un seul de ces critères est rempli, le clignotant « danger » s’allume et enclenche tout le processus d’adaptation. Mais qu’entendons-nous par « danger » ? Celui-ci diffère selon les époques.

 

Le mécanisme du stress a permis à nos ancêtres de survivre en développant leurs capacités d’adaptation.

Les premiers êtres humains affrontaient des dangers bien réels, notamment des prédateurs, bêtes sauvages ou tribus hostiles, et le cerveau remplissait parfaitement son rôle en aidant l’organisme à y résister. À notre époque, le cerveau est toujours aux commandes, mais ne fait malheureusement pas la différence entre le mammouth auquel nos ancêtres devaient faire face et l’embouteillage dans lequel nous sommes coincés alors que nous avons un rendez-vous très important. C’est donc à nous de lui indiquer l’écart entre ces deux situations en apprenant à gérer le stress.

Extrait de mon livre Apprivoiser le stress, paru aux Editions de Mortagne. 


Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.